birth-certificate-clausula-rebus-sic-stantibus-by-kate-of-kaia-user

Cliquez à droite et "Enregistrer la cible sous ..." pour garder cet article.

FRAUDE DU CERTIFICAT DE NAISSANCE; CLAUSULA RÉBUS SIC STANTIBUS

par kate de kaia

"ATTENTION: Avocat, Juge, Agent/Employé du Gouvernement, Police, etc. Homme Commun et coll. tout/tous ceux qui servent en tant que fiction du NOM LÉGAL/TITRE/I.D.-ENTITÉ (prononcé phonétiquement, exemple anglophone: «leg-all enemy» ((N-AM-E), "tit-El"/luciférien)) caractère dans la réalité du monde légal;

Note de l'auteur où «l’auteur» est défini comme quiconque qui utilise ces mots comme les leurs où la vérité ne peut pas être "protégée par le droit d'auteur", simplement partagé par accord et ces mots sont les leurs, peu importe "qui" a écrit les mots ab initio (dès le début) où la vérité appartient à tous en CONCEPTUEL (cœur et l'esprit écrit, causal, pas la forme physique "écrite", efficace.), où cette écriture/redressement/rituel est écrit (énoncées) dans un langage compréhensible à la fois ceux à l’intérieurs et extérieurs de la profession/réalité de la FRAUDE du NOM LÉGALE où la compréhension commune de la fraude et de crime contre l'humanité et de la création est visible à la fois dans les termes laïques et sur le légale, à ne pas confondre par l'intention du lecteur où l’intention de "l’auteur(s)" (les intentions de ceux-ci/celui-ci) est  parfaitement claires: c.-à-d. les dompteurs et tordeurs de mot/monde légale "d’AUDIENCES" où il est précisé dorénavant/dans le présent document avec tout le potentiel(s) de la tromperie(s) phonétique par les présentes et, par conséquent, retiré, ad infinitum;

Par exemple, une tromperie phoniques est, où une chose est parlé par un non-membre du barreau (B.A.R.) (public générale/tout/tous utilisateurs de noms légaux sans barreau (B.A.R.) affiliation (s) / autorisation (s)), pour être ré-épelé différemment par tout/tous les membres du barreau (B.A.R.) sous l'hypothèse et de la présomption de corrompre l'INTENTION ORIGINALE de celui qui parle contre épelant, et pourquoi un FRAUDULEUSE, par la conception délibérée, non-membre du barreau (B.A.R.) n'a pas de voix dans la réalité juridique morte: en autres mots, ses paroles prononcées, ne peuvent pas être modifiés à partir de la VRAIS INTENTION ORIGINALE de l'orateur à ce qu'ils signifient par rapport à ce qu’une AUDIENCE entend de la forme parlée des mots, puis, les corrompt, et leurs mots prononcés, en utilisant d'autres orthographes sous supposition/présomption des homonymes MÊMES SONS, avec «définition (s)" complètement différent en utilisant cette orthographe ruse pour les annuler et de prendre l'avantage d’HONNEUR où aucun honneur en eux existe et un non-membre du barreau (B.A.R.) est rendu dans un état de perpétuelle DÉSHONNEUR sans le savoir: I.E. les déformer, non-membre du barreau (B.A.R.) parlant/leurs paroles PARLÉ, en arrière/autour/s’oppose à/nie/corrompt l’intention original de l’ORATEUR, d'initier et commettre/d’inciter une FRAUDE susciter contre eux pour permettre à des «crimes imaginaires» à tirer profit du STATUTAIRE COMMERCIAL VIOL/ENLÈVEMENT etc. et al, donc pourquoi la cour «pro-cé-dures" sont appelés AUDIENCES où ORTHOGRAPHES est un terme plus précis pour ce qui se passe réellement: Ainsi, cela épelant clairement où assomption et présomption est rendue nulle et annuler où tout/toute utilisation/déclarent d’être un ENTITÉ DE NOM LÉGALE a tout le monde dans le péché original/signature, état de la fraude de la création et de l'utilisation continue du NOM LÉGALE qui apparaît sur chaque certificat de naissance jusqu'à ce qu'ils enlèvent eux-mêmes du la réalité criminel légale où toute personne impliquée dans la mise en œuvre de cette fraude en utilisant la violence, la ruse, la coercition, etc. et al, prendre au piège avec l'intention d'asservir un autre, est, en fait, aider et encourager un acte criminel en forçant l'autre à se soumettre à son utilisation où cette vérité a été exposé et où il est illégal d'utiliser tout/tous nom légal (s)/titres ab initio;

Un exemple typique de drame de salle d'audience: Défendeur (l'esprit) NOM LÉGALE involontaire: «Je ne consens pas" parlé avec l'intention de "ne souhaite pas donner son consentement» prévu où le membre du Barreau (B.A.R.) aka juge, avocat, policier, etc. PEUT et VONT assumer/présumer en PLEIN/FOU(fool/full) "honneur" les mots phonétiquement à la façon dont ils veulent l'entendre et a ré-épeler le VERBAL/VERS-BA'AL/VERB-ALL(Tous/tout): "JE/I, noeud con- se'-ent "où" aye/JE/I "signifie oui, un accord tacite affirmative et instantanément," en raison ", comme dans la dette d’accord tacite,« nœud/ne », comme dans liée et BO-uND(une obligation), accord tacite à l'esclavage et« con- »( signifie à la fois avec / pour et contre / sans égale comme préfixe, signifie aussi voleur ou criminel (escroc) en termes vernaculaires communs, etc.), "se '" est latin pour "lui-même, elle-même, soi-même» qui est toute l'essence de l'orateur impliqué , et "-ent "est un suffixe qui signifie «esprit» étymologiquement. En bref, ceux qui perpétue et profite de cette déception de cette FRAUDE du NOM LÉGAL peut entendre tout ce qu'ils choisir d'entendre/ici et peuvent/vont, en pleine honneur, Ré-orthographier chaque mot prononcé à chaque AUDIENCE parce qu'il n'a pas été précisée par l'orateur par écrit, où il peut être ré-écrit par des intentions criminelles du membre du Barreau (B.A.R.) pour incriminer tous les individus innocents et coupables aussi, peinture ainsi toute l'humanité avec la même brosse criminelle qu'ils ont été peints avec et simplement "refiler la responsabilité à faire de l'argent" du péché/signer(signature) à un autre, ré-écrit par l'orthographe de nouveau les paroles de l'orateur contre eux pour créer l'élément du membre du BARREAU (B.A.R.)/serviteur par serment, avantage à chaque fois, dans toutes les situations de la réalité légale. Cette déception/ruse/entreprise criminelle est finie où la vérité elle-même est toute la "vengeance" on a besoin dans un "drapeau blanc, état de trêve, pas renoncer" orientation et, où tous les criminels qui perpétuent ce crime contre l'humanité sont maintenant entièrement exposés aux yeux de tous: Il est illégal d'utiliser un nom légal est un fait légale;

CLAUSULA REBUS SIC STANTIBUS en ce qui concerne le CERTIFICAT(S) DE NAISSANCE /tout/tous contrat(s)/traité(s) (ci-après ORTHOGRAPHIÉ comme CRSS ou pleinement, communément appelé "clause de sauvegarde»)

En droit public/international LÉGAL, clausula rebus sic stantibus (latin pour «Les choses ainsi, debout") est la doctrine LEGAL permettant des traité(s)/contrat(s) de devenir inapplicable, nunc pro tunc où tout/TOUS FRAUDE révélé, rend tout/tous les contrats NULS et ANNULER, ab initio, ad infinitum, nunc pro tunc, tunc pro nunc (maintenant alors, alors pour maintenant) en éliminant toutes PÉRIODES DE TEMPS relativement aux contrats existence en premier lieu à cause d'un changement fondamental de circonstances, alors, il est illégal d'utiliser un nom légal/CERTIFICAT DE NAISSANCE NOM/TITRE où l'intention de créer une FRAUDE DE TIERS est attestée dans tous/toutes CERTIFICATS DE NAISSANCE par l'existence même de l'acte de naissance comme évidence. CRSS est essentiellement et fondamentalement conçue comme une "clause de sauvegarde" qui fait une exception à la règle générale PACTA SUNT SERVANDA (les promesses doivent être conservés) ainsi annihilant tous PRÉCÉDENT/ANTÉRIEUR(S) assomption(s) et/ou présomption(s) tous/toute parties, légal et/ou autrement au contraire où cette fraude est révélée; Parce que la doctrine pose un risque à la sécurité (titres aka l'argent) de traité(s)/contrat(s) où ceux qui profitent de cette FRAUDE "dans le cadre" en exposant cette INTENTION DE COMMETTRE DE LA FRAUDE et ceux perpétuer comme son champ d'application, est relativement/complètement non confinée/sans frontières, il exige la stricte réglementation LEGALE quant aux conditions dans lesquelles il peut être invoqué où seuls ceux qui prétendent être LEGALEMENT I.D.-ENTITER dans les limites de la réalité légal sont concernés, et où l'on est plus considéré comme un ID-ENTITÉ LEGAL par la suite puisque cette est le dernier ACTE LEGALE, dans le bon sens des définitions, de celui qui était autrefois trompé par le NOM LÉGAL/FRAUDE DU CERTIFICAT DE NAISSANCE où il est maintenant CONNU pour être une FRAUDE et où celui invoquant cette clause ne veut plus commettre de fraude/crime du nom légal contre un autre que ce soit, tout en enlevant toute trace de l'ancienne ID-entité de la leur et la réalité de tout le monde, quelle que soit la complicité de tentatives de/par/pour/en FRAUDE par divers agents de la CORPORATION DE LA COURONNE pour illicites/force/demande/coercition etc. et al quiconque/tous ceux qui ont déclaré ET montré autrement;

La doctrine fait partie du droit international coutumier, mais est également prévue dans la Convention de Vienne de 1969 sur le droit des traités en vertu de l'article 62 (Changement fondamental de Circonstance), bien que la doctrine est jamais mentionné par son nom. L'article 62 dispose les deux seules justifications de l'invocation de rebus sic stantibus: d'abord, que les circonstances en vigueur au moment de la conclusion du traité étaient en effet objectivement indispensable aux obligations des traités (alinéa A) et l'instance dans laquelle le changement de circonstances a eu un effet radical sur les obligations du traité (alinéa B). En bref, l'intention de commettre, aider et encourager LA FRAUDE tombe carrément sur ceux qui perpétue cette NOM LÉGAL/FRAUDE DU CERTIFICAT DE NAISSANCE, généralement partout quiconque est forcé de ENRÔLEZ/IMPRESSIONNÉ EN SERVICE consciemment/inconsciemment leur enfant par INSCRIPTIONS de toute/toutes les formes ab initio jusqu'à dissolution ou reste intacte volontairement par tous/tout ceux qui continuent d'être commis dans leur propre fraude en utilisant délibérément tous/tout NOM LÉGAL/TITRE(S) APRÈS LE FAIT où la fraude absolue est évidente où cette FRAUDE DU CERTIFICAT DE NAISSANCE est en pleine vue;

Si les parties d’un traité/contrat avait/avoir préalablement/actuellement envisagée/connu tous les faits concernant le traité/contrat (basé sur une divulgation complète et ouverte de toutes les parties impliquées dans le contrat(s) CERTIFICAT DE NAISSANCE (CDN-BC)) pour l'événement du changement de circonstances, la doctrine ne s'applique pas et la disposition reste en vigueur même si la divulgation complète de l'INTENTION FRAUDULEUSE du CERTIFICAT DE NAISSANCE est un fait légale et est pleinement exposé/à un fait légale connu dans les limites de la réalité fictive légale, alors que ceux qui continuent à utiliser ledit traité/contrat/CERTIFICAT DE NAISSANCE D’ID-ENTITÉ DU NOM LÉGAL rend cette "clause échappement" nulle et annuler par/de leur propre main et de continuer consciemment/inconsciemment à son utilisation APRÈS LE FAIT (I.E. outrage au tribunal, profitant des produits de la criminalité, etc.) et coll. Clausula rebus sic stantibus ne concerne que l'évolution des circonstances qui ne sont jamais envisagées par un ou plusieurs des parties, depuis un ou plusieurs des parties concernées à engager/forcer/appliquer la fraude après le fait de tels contrat(s)/traité(s) est consciemment/inconsciemment (l’ignorance n’est pas une défense) par/de/pour/en omission/commission commettant une FRAUDE AVEC INTENTION, indépendamment des réclamations faites autrement par tout/tous ceux qui sont légalement mort, I.D.-entités fictives/membres du Barreau (B.A.R.)/AGENT(S) DE LA COURONNE, etc. et coll. utilisant cette fraude pour voler la source de vie d'une autre sous une forme quelconque manière que ce soit;

Bien qu'il soit clair qu'un changement fondamental de circonstance(s) justifie l'arrêt ou la modification d'un traité/contrat (I.E. le contrat du certificat de naissance est délibérément mis en place pour tromper le G.I.F.T (Cadeau) du partie, mâle/femelle créateurs du physique enfant/ enfants/intellectuelle, nom(s) spirituel avec l'intention de transférer l’enfant/enfants vivant (TRANSFERT INTRA-TUBAIRE DE GAMÈTES) dans un NOM(S) LEGALEMENT MORT  TUTELLE(WARD) D’AMIRAUTÉ/ETAT plaçant toutes les parties contractantes dans un état de fraude absolue, collectivement), une dénonciation unilatérale d'un traité est interdit à tout/tous les participants de la FRAUDE DU NOM LÉGAL (I.E. participants légaux sans permissions d’un membre du BARREAU(B.A.R.)/Corporation de la couronne, où les AGENT(S)/SERVITEUR(S) de la CORPORATION DE LA COURONNE ont une INTENTION de commettre une FRAUDE est auto-incriminant en soi par l'existence même de l’ENREGISTREMENT/HÔPITAL etc. et coll tous/tout bureaux de commerces dans le certificat(s) de naissance de l'esclavage) et DOIT être fait seulement que sur une base de choix individuel pour rendre cette fraude connue à tout/tous les AGENTS DE LA COURONNE ou rester consciemment frauduleux, par la nature de la construction de la réalité du NOM LÉGAL, participant volontaire. Tous/tout partie(s) de la FRAUDE du NOM LÉGAL n'ont pas le droit de dénoncer unilatéralement un traité (i.e. au nom de toutes les personnes impliquées) où une personne individuelle NON-LÉGALE peut, pour exposer, et, qui expose cette fraude aux yeux de toute l'humanité, où l'humanité doit faire son propre choix individuel où le certificat de naissance est UNILATÉRALEMENT réputé comme FRAUDE sur toute l'humanité nonobstant;

Comme un défaut/erreur fondamentale de toutes les procédures judiciaires, il est un fait juridique dans la réalité/existence fictive qu'il est illégal pour toute personne/tout le monde, à l'extérieur d'une carte de BARREAU (B.A.R.) (dans laquelle un(e) doit déjà être en fraude pour entrer une faculté de droit en utilisant FRAUDULEUSEMENT un NOM LÉGAL comme un exemple de fraude sur la fraude quoi qu’il en soit) ou SOUS SERMENT en utilisant un frauduleux, avec des autorisations accordées SEULEMENT QU’AU TITRE(S), rattaché au NOM(S) JURIDIQUE également, pour servir les «propriétaires/opérateurs» de la fiction de la CORPORATION DE LA COURONNE par volontairement sachant consciemment/inconsciemment, omission/commission d’une FRAUDE absolue.) consente à être, agir en tant que, revendiquer, agir dans le rôle de, etc. et coll., un nom légal/entité juridique /caractère juridique tel qu'il apparaît dans toute/tous livres du REGISTRES/ ENREGISTREMENT/GREFFIER (en régi = gouverner par (anglais (regis-tree = arbre généalogique d’I.D.-entité mort de la COURONNE)) selon laquelle tout/tous nom/s/titres juridiques/désignations/rangs(classes)/corporations, etc. et coll. sont, en fait, PROPRIÉTÉ DE LA CORPORATION DE LA COURONNE et d'utiliser celui-ci sans clairement l’autorisation et une présente explicite permission(S) par le "propriétaire légal ou représentant» de celui-ci, par et pour dite/tel "propriétaire" de toutes ces dite/tel créations juridique, est illégale dans tous les sens et rend tel utilisateur dans un état de déshonneur instantané dans les "yeux (y=oui eux) « ayes » de la cour", un malfaiteur/criminel frauduleux, quelle que soit la nature de toute/toutes les accusations faites par tout/tous les REPRESENTIVES DE LA  CORPORATION DE LA COURONNE, carte de BARERAU (B.A.R.)/fait serment ou non, depuis qu’ils sont dans la "commission" d'un acte frauduleux (I.E. des comptes CAFR, Obligations, etc.). Ici, dans cette doctrine, il est ORTHOGRAPHIÉ clairement pour le lecteur/récepteur et leur manque de compréhension de cette doctrine les rend INCOMPÉTENT donc tout ce qu'ils "PRENNENT" est une "MÉ-PRISE" ab initio où la FRAUDE était/est l’INTENTION de la FRAUDE du NOM(S) LEGAL ad infinitum et, évidemment un crime de l’esprit/coeur est incapable de la pensée rationnelle où un être «raisonnable» (insensé) simplement cherche pour toutes les raisons sous le soleil pour échapper à leur propre responsabilité, via LEGALITÉ N’EST PAS LA RÉALITÉ "des moyens juridiques" dans leur complicités dans ces crimes contre la création et de la vérité jusqu'à ce qu'ils décident autrement; simplement dit, criminels, destructeurs de l'humanité, destructeurs de la vie elle-même;

En bref, il est illégal d'utiliser un nom/TOUT/TOUS légal références juridiques susmentionné, indépendamment des revendications faites à l'effet contraire par tout/tous les «agents juridiques» au contraires où «mandataires» est défini ici comme toute personne qui utilise toute/toutes les «définitions» juridiques de qui et ce qu'ils pensent qu'ils sont; un personnage de fiction morts, aucune voix. Suite à cet aperçu sont quelques exemples de l'illégalité totale de la fraude du nom légal où NOM LÉGAL (toute/toutes entité légal fictionnel formations/références/non-vivant papier légal fictif structures/existe nulle part dans le vivant, forme consciente en dehors des limites d'un mort, la réalité juridique où l'on doit parler ou épeler l’idée/ID dans l'existence pour l’idée/ID existe du tout) est une fiction de caractère/réalité qui existe seulement dans l'esprit de ceux qui créent se dit "personnage(s) fictive" que ce soit en forme d’être humain/doué de sensation/consciemment, ou toute autre forme inanimée/inanimé, assumé/présumé comme mentale/quantique vivant et ne peut exister entre deux parties afin qu'ils existent du tout, et, alors que une/la nature/structures ORIGINAL fondamentale du TRAITÉ/CONTRAT/ACCORD(S) a été modifié/changé/frauduleusement tromper INTENTIONNELEMENT par une ou plusieurs parties contractantes et, si l'INTENTION DE COMMETTRE DE LA FRAUDE/DECEVOIR UN AUTRE QUI AGIT COMME fraudes, menteurs, voleurs, etc. et coll. intentions criminelles/maléfiques, se cacher derrière un NOM LÉGAL(S)/TITRE(S) sont/est exposée par l'utilisation même de tout/tous ces structures «légalité n’est pas la réalité" fictives qui rend toute/toutes les utilisateurs de ces choses, un malfaiteur/criminel par la conception délibérément trompeuse et, où je, le vivant dans la création que je ne suis PAS, et que je ne vais jamais être assumer et/ou présumé désormais et pour toujours un NOM LÉGAL/TITRE ID-ENTITÉ MORT ad infinitum, ab initio, nunc pro tunc, tunc pro nunc;

  1. Partie NOM LÉGAL/TITRE/STRUCTURES invoquant tout/tous nom légal est 3ème/tiers party qui interlope dans/sur le contrat du CERTIFICAT DE NAISSANCE entre l’AGENT DE LA COURONNE et TUTELLE(WARD) D’AMIRAUTÉ MALE/FEMMES où l’«enfant légalement en esclavage" (I.E. l’utilisateur du NOM(S) LÉGAL I.D.-ENTITÉ/3ème/tiers party qui interlope inconsciemment) n'a pas assisté à la SIGNATURE/PECHER dudit contrat de CERTIFICAT DE NAISSANCE, ni y étaient tous les détails de cette divulgation d’INTENTION DE COMMETTRE UNE FRAUDE donnée aux parties contractantes/tous les participants, où un enfant et/ou des enfants est/sont impliqués. En bref, celui qui utilise le nom légal était pas là lors de la signature du contrat (coupable du péché/signature originel de/par le «père»), nulle et annuler, nunc pro tunc, contracter avec un mineur s’ensuit; Clausula Rebus Sic Stantibus est invoqué/parlé/écrit
  2. Participant du NOM LÉGAL/TITRE/STRUCTURES est immédiatement coupable dans les structures de l'irréalité juridique de la violation du droit d'auteur de la Couronne (où la COURONNE ne «poursuive» pas qui signifie «ne poursuit pas" DÉLIBÉRÉMENT pour le seul but de la poursuite continuellement de la fraude globale de l'humanité qui est beaucoup plus rentable) en conformité avec les avertissements placés sur divers CERTIFICATS DE NAISSANCE (si elle est sur un contrat/structure, il est sur tous les contrats/structures, sur la base de la même irréalité de l’illusion de LEGALITE N’EST PAS LA RÉALITÉ, différentes dans la forme, identique d’INTENTION conceptuel, clausula rebus sic stantibus) et dans les prochains CERTIFICATS/ALIASES créées par toute/toutes les parties que l'utilisation dudit CERTIFICAT DE NAISSANCE (preuve de l'intention de commettre une fraude par son existence même) pour créer toute/toutes les formes d’IDENTIFICATION de celui-ci et/ou toute/toutes les formes de rendu liés audit utilisateur dans la fraude immédiate pour ce faire, où tout/toute création d'une/toutes formes d'IDENTIFICATION LEGAL dans toute/toutes les définitions juridiques/légales où cette FRAUDE DU NOM(S) LÉGAL(S) est considérée OBLIGATOIRE par/pour/de/dans la STRUCTURE LEGAL de RÉALITÉ FICTIF AGENTS/PRATICIENS de CELUI-CI, où FORCE, CONTRAINTE, DUPERIES, MENACES, VOLS, CHANTAGE, etc. et coll. est utilisé pour consciemment/inconsciemment par/de/pour/en omission/commision d'asservir toute/toutes l'humanité participant à cette/la/tout/tous les domaine(s) LÉGAL des délires fictifs où le SYSTÈME LÉGAL EXIGE l'humanité commettre fraude afin de survivre si un/une est actuellement/a été en utilisation auparavant de TOUT/TOUS ledit IDENTIFICATION LÉGAL où la nature fondamentale du CERTIFICAT DE NAISSANCE est de créer des partis frauduleux sur les DEUX côtés du CONTRAT. En bref, un "permis de tuer, voler, tricher, etc. et coll." tout/tous individus comme son INTENTION PRIMAIRE; Clausula Rebus Sic Stantibus est invoqué/parlé/écrit
  3. Il est illégal d'AIDER ET DE METTRE/ENCOURAGER quiconque consciemment/inconsciemment qui est entièrement ignorant de la déception de la fraude du nom légal dans une activité criminelle contre leur souhait par force, en tout/tous les moyens (y compris la ruse, les actions violentes/menaces de ceux-ci pour se conformer à la fraude, des moyens de formulation de déception, etc. et coll.) étant assumée/présumée UNE ID-ENTITÉ MORTE DU NOM LÉGAL où «suivre les ordres» par tout/tous les AGENTS DE LA COURONNE est assumée/présumée autorité fondée sur des moyens de déceptions/violents et des mesures à obtenir une telle fiction «juridiction/contrôle» sur un autre et par tout/tous les moyens de déception où l'intention de décevoir un autre est évident par la nature même de la FRAUDE DU NOM(S) LEGAL" d’INTENTION originale de conception par celui qui est intitulé/en uniforme dans tout/tous les sens JURIDIQUES/définitions juridiques de l’irréalité, où leur rôle d'agir dans le «caractère» de tout/tous AGENT/S DE LA COURONNE dans le but de déception(s) juridique(s) aka "COMMISSIONS" comme base de leur emplois/rôles, à savoir un agent en uniforme/juge vêtu etc. et coll. PORTER/METTRE ("les vêtements de l'empereur retiré") leur intention de le faire (I.E. les mêmes vêtements/uniformes/robes/chaînes de bureau, etc. et coll.), où d’enfiler/mettre tous/tout robes/vêtements juridiques de la réalité juridique considère l’AGENT(S) DE LA COURONNE facilement visibles et absolument transparent POUR/PAR/DE/EN l’INTENTION de commettre une fraude/aider et mettre/inciter en fraude, dans l'acte même de les enfiler; Clausula Rebus Sic Stantibus est invoqué/parlé/écrit
  4. Profitant d'une activité criminelle (emploi, actions/parts, bénéfices/profits, investissements, ventes, tout/tous les moyens de se procurer des devises juridiques de FIAT etc.) dans la mesure où tout/tous COMMERCE est basé totalement et complètement (mamelles/biberon de la vie, «le lait et le miel de l'humanité ") sur la FRAUDE du NOM LÉGAL/TITRE structure de la création de monnaies FIAT sur la base des évaluations des obligations de la traite des esclaves (UCC/UPU aka CORPORATION DE LA VILLE DE LONDON, ÉTAT/CORPORATION DU VATICAN, ÉTAT) que le CERTIFICAT DE NAISSANCE est, et destiné à être pour un tel objectif, d'impliquer toutes les formes d’«argent fait» que ce soit par des activités pacifiques et/ou pénales d'être payé à livrer des journaux à être payé pour assassiner légalement un autre être humain dans le cadre juridique de la guerre/militaire, où assassiner sous quelque forme est assassiner et tous/toutes les associations à/par/pour/de/dans/toute formes de NOM(S) LEGAL/TITRE(S) rendant un COUPABLE PAR ASSOCIATION absolue dans la mesure où on est encore mentalement, physiquement, spirituellement lié à la réalité/irréalité juridique («pacte avec le diable/Satan") par l’accord d’être tellement impliqué dans cette activité criminelle. Je n'associe pas avec des meurtriers/I.D.-ole qui adore/vénère à tout/tous les niveaux, ni serai-je assumée/présumée autrement via de la FRAUDE DU NOM LÉGAL associations/assumptions/présomptions et des praticiens de la sorcellerie JURIDIQUES de celle-ci; Clausula Rebus Sic Stantibus est invoqué/parlé/écrit
  5. Tout/toutes les personnes qui utilisent, prétendent être, de participer activement à/de/par/pour le NOM(S) LEGAL/JURIDIQUE/TITRE(S) dans tout/tous les moyens que ce soit sans l'autorisation expresse de leurs "maîtres juridiques illusoire" aka carte de BARREAU (B.A.R.)/AGENT DE LA COURONNE assermenté les membres du serment, qui pratique la «loi» juridique (ce qui est légal, pas légitime) sans permis, mais sont réputés a "pratiqué la loi" (en utilisant JURIDIQUE/COMMERCE peut-importe au jour le jour la réalité vivante où le NOM LÉGAL est une définition LÉGAL dans les limites de la irréalité/réalité légal) où les avocats sont utilisés pour combler cette lacune dans l'illusion de la «représentation juridique» qui rend tout/tous ceux qui le font SILENCIEUX, sans voix et sont FACTURÉ en conséquence en tant que TUTELLE(WARD) D’AMIRAUTÉ ou, essentiellement un enfant de l’ÉTAT de corporation morte (corps consommé, phonétiquement) jusqu’à la culpabilité par association juridique du nom est retiré par celui qui est considéré comme la pratique du droit/loi/sorcellerie (littéralement) SANS l'aide d'un avocat pour garder la cour/tribunaux "en l'honneur" où maintenant, OUTRAGE AU TRIBUNAL/MAGIS-TRAT est édictée sur tout/tous ceux qui entrent un tribunal de l’"loi" arificielle/(cree par l’homme) qui place les AGENTS DE LA COURONNE/AUXILIAIRES DE JUSTICE en péril du déshonneur où seul la CONFESSION de celui entrant/pensant réellement avoir besoin d'être là du tout, à être un nom légal ou DUPE/PIEGER à réclamer quoi que ce soit qui ressemble, EN PARTIE ET/OU EN PLEIN, tout ce qui peut les lier à l’ORTHOGRAPHE(S) DU CERTIFICAT DE NAISSANCE tels qu'ils apparaissent sur ledit certificat de naissance qui rend définitivement l’"utilisateur" comme une fraude criminelle en premier, donc «qui rétabli l'illusion d'honneur» dans leur cour où la ruse se perpétue anon(immédiatement); Clausula Rebus Sic Stantibus est invoqué/parlé/écrit

Ce ne sont que quelques-uns des exemples que toute personne ayant un sens de «actes répréhensibles/méfaits légaux» peut voir pour illustrer clairement la nature de la fraude absolue du système juridique et la base de la fraude contre l'humanité, il est basé sur où les revendications du NOM LÉGAL/TITRE sont la pierre angulaire qui tient toute la structure de pyramide avec les criminels (les sorciers juridiques) au sommet de la pyramide du pouvoir délirante et illusoire et où tout/tous les flics/juges/avocats/gens ordinaires doivent avoir une compréhension de base de ce que la fraude est où la fraude est clairement défini dans le motif des dix commandements. Fraude (réalité juridique en entier) comprend/inclues, sans s'y limiter a/d’/de, assassiner, voler, violer, adultère, cupidité, chasteté, convoitise, de fausse idole et culte, et toutes sortes de mauvaises intentions où seul le voile d'une réalité de papier/tapissée protège le mal/maléfique avec des intention CONNUS et maintenant vous le savez, l'ignorance éliminé, dans les présentes, où il est incombant avec chaque individu pour prouver le contraire, SILENCE EQUIVAUT ACQUIESCENCE maxime invoquée; Clausula Rebus Sic Stantibus est invoqué/parlé/écrit

Dans la mesure où le Vatican/CORPORATION DE LA CITE DU VATICAN, ETAT, comprit communément, est aussi complice dans cette réalité du NOM LÉGAL/TITRE, en vertu de l'ENREGISTREMENT LEGAL, toutes les notions spirituelles de «pouvoir» sont ainsi annulés ab initio, ad infinitum où CITE DU VATICAN est inscrit comme tous NATIONS/PAYS etc. et coll. comme ENREGISTRÉ APPARTENANT à la CORPORATIONS de la COURONNE et sont stérilisés par l'association en conséquence, où toute/tous «puissance» assumé/présumé est entièrement et complètement détruit par/de/dans/pour ce NOM LÉGAL/TITTRE D’ACCORD DE COMPLICE/FRAUDE DE TRAITÉ et est donc complice de cette fraude contre l'humanité et de la vie elle-même comme le sont tous ceux qui réclame tous/tout statut légal sous toutes/toute formes légal/juridiques ab initio, ad infinitum, nunc pro tunc, tunc pro nunc. Il existe d'innombrables redactions/textes/ecrits et programmes de radio par des entités hors de la sphère juridique "kate de gaia/kaia" pour obtenir des précisions, y compris des aveux en ondes par la police et des avocats attestant de la véracité de cette et de leur incapacité à entendre le contraire, pris au piège dans le piège juridique circulaire de leur propre structure. Tous/toutes les actions faites par toute personne professant d'être en/de/pour/par tout/tous FRAUDE DU NOM LÉGAL/TITLE est en FRAUDE, tentative d'aider et de mettre en fraude où il est illégal d'utiliser/être/réclamer/penser qu’un est LEGALEMENT défini n'importe quoi. Votre servis? Non, le jeu est terminé et Satan et son/sa courtisante/catin (Cronos legal/juridique, Commerce de Crone/COURONNE) a perdu tous les jeux où toute «loi» était, et est, basée sur l’église où la cour est tout simplement un syn-o-nyme(name-nom) pour l'église et la vrais salle de loi a été remplacée par de faux morts et de praticiens vêtus de la justice, que ce soit la cour ou à l'église servent la même réalité juridique morte et sont rendus avec âme morte en conséquence dans le «ayes/yeux» de la création. Votre âme est sur la ligne/lien tandis que vos péchés/signes/signature sont sur le lien/ligne et que seul vous pouvez effacer votre dette, aucun sauveur va venir vous sauver, mais plutôt de vous condamner pour tous vos crimes volontaires/intentionnel, maintenant CONSCIEMMENT commis par le simple fait que reçu ceci, après avoir lu ou non."